La sériephilie, la nouvelle addiction du XXIe siècle

Bien le bonsoir,

S’il est vrai que la musique représente à mes yeux une muse extraordinaire, je ne peux lui céder tout le crédit de mon inspiration. Elle partage l’affiche avec d’autres sources inépuisables dont une conséquente à mes yeux. Parce qu’il faut savoir que je suis une véritable sériephile. Ce terme réfuté par mon correcteur orthographique, désigne les personnes qui dévorent les séries comme des bonbons un soir d’Halloween et en redemandent toujours plus. Malheureusement, pendant des années, les séries américaines que je regarde sont diffusées avec un train de retard (pour ne pas dire une gare entière). Je suis condamnée au même sort que ce petit garçon déguisé en loup-garou pour le 31 octobre à devoir attendre un an pour avoir le plaisir de dévorer à nouveau mes sucreries préférées. 

Et puis, le miracle se produit.Dieu finit par entendre mes prières et invente Netflix. Ainsi, je peux enchaîner les épisodes sans patienter une semaine pour connaître la décision fondamentale d’un personnage et découvrir les saisons sans être spoilée par la sphère virtuelle d’internet. Je consacre beaucoup de temps à suivre mes séries, c’est pourquoi il me semble essentiel d’en parler. Je suis fortement influencée et inspirée par cette forme de narration particulière qui me rappelle un peu celle d’un livre. Les chapitres sont des épisodes, laissant planer du suspense pour maintenir l’attention. Les personnages grandissent sur le papier comme ils le font au fil des saisons (#charmed). L’histoire évolue à mesure que les intrigues s’enchaînent. Il y a un côté très poétique derrière tout cela.

Si je devais parler de toutes les séries que je regarde, cet article n’en finirait plus alors je préfère me concentrer sur mes deux plus belles découvertes. Que ce soit au niveau émotionnel ou personnel, ces œuvres ont profondément touché mon âme et je vous en parle aujourd’hui, dans l’espoir qu’elles en fassent autant, pour la vôtre.

Mon coup de coeur 2015

208507
© 
crédit photo : netflix

Titre : Sense8

Résumé : Huit individus éparpillés aux quatre coins du monde sont connectés par une soudaine et violente vision. Désormais liés, ils se retrouvent capables du jour au lendemain de se voir, de se sentir, de s’entendre et de se parler comme s’ils étaient au même endroit, et ainsi accéder aux plus sombres secrets des uns et des autres. Les huit doivent dès lors s’adapter à ce nouveau don, mais aussi comprendre le pourquoi du comment. Fuyant une organisation qui veut les capturer, les tuer ou faire d’eux des cobayes, ils cherchent quelles conséquences ce bouleversement pourrait avoir sur l’humanité.

Critique : Un soir d’été, je lance le premier épisode sans même connaître le synopsis et pour être honnête, il ne me fait pas vraiment vibrer. Puis, j’y repense le lendemain, curieuse de connaître la suite de l’histoire. Finalement, je regarde l’intégralité dans un temps record, complètement absorbée par cette incroyable intrigue. Je tombe amoureuse de cette série sans même m’en rendre compte. Sense8, ce sont des personnages uniques, des paysages extraordinaires, des scènes à couper le souffle. C’est un mélange explosif qui bombarde le coeur jusqu’à le posséder entièrement. Je me suis attachée à chacun des sensates dont les personnalités authentiques sont une véritable oeuvre d’art. Ils ne parlent pas la même langue, ne partagent pas la même culture et j’en passe… En définitive, ils ont des vies à l’opposé les unes des autres. Et pourtant, ensemble, ils ne forment qu’une seule conscience. Parce qu’au final, leurs différences s’avèrent être leur force. C’est un voyage d’une sensibilité humaine époustouflante. Les protagonistes ne sont pas seulement projetés dans une aventure qui les dépasse mais vivent au quotidien, leurs propres histoires qui abordent des notions fondamentales comme la tolérance ou l’acceptation de soi. D’une façon très percutante et pertinente grâce aux performances du casting qui donnent aux scripts toute sa splendeur. Puis, il y a ces panoramas qui défilent sans qu’on ait le temps de dire waouh ! Chicago, Séoul, Nairobi, Mexico, San Francisco, Berlin, Mumbai, Londres, Reykjavik, tellement de villes et de pays qu’on en perd la tête. C’est juste du pur bonheur. Sense8 est sans conteste la meilleure série que j’ai pu voir de toute ma vie.

Citation : La véritable violence, la violence la plus impardonnable dont je me suis rendue compte, c’est surtout celle qu’on s’inflige à soi-même quand on a trop peur d’assumer sa vraie nature.

Mon coup de coeur 2016

1-2-364x540
© crédit photo : netflix

Titre : The OA

Résumé : Prairie Johnson réapparaît après sept ans d’absence. Disparue subitement, l’enfant était aveugle ; à son retour, elle ne l’est plus. Qu’a-t-il bien pu lui arriver ? C’est ce que vont tâcher de découvrir son entourage, la science et même le FBI.

Critique : Cette fois, j’ai pris connaissance du synopsis avant de me lancer. Comment dire ? J’étais très loin de me douter de ce qui m’attendait. Principalement parce je me suis ennuyée durant le premier épisode, hésitant même à poursuivre. J’ai décidé de regarder jusqu’au bout, appréciant énormément Brit Marling qui incarne le personnage principal. Et je peux vous dire que je suis très heureuse d’avoir continué parce que les 10 dernières minutes sont décisives. Elles révèlent à quel point cette série est une pure merveille. J’ai passé la nuit devant mon écran et achevé ce chef d’oeuvre au petit matin. L’intrigue tient en haleine du début à la fin, devenant de plus en plus insoutenable au fil du temps. Pourtant, je demande seulement à revivre l’expérience ! J’ai été transporté par cette histoire, buvant les paroles de Prairie Johnson comme si elle détenait le savoir ultime. The OA, c’est une rencontre inattendue et fascinante avec des scènes puissantes qui dévoilent toute la richesse de l’âme humaine. Les personnages lambdas donnent à cette série, une dimension réelle et attachante qui marque profondément. Parce qu’on peut tout à fait s’identifier à eux ainsi qu’à leurs vies, doutes existentiels et problèmes personnels. Ils s’insèrent dans une réalité qui pourrait être la notre. Le plus dur au fond, c’est de les laisser partir lors de l’épisode final qui peut en surprendre plus d’un. C’est ce que j’aime tellement, de la première minute à la dernière, on ne cesse d’être étonné. Les questions fusent et les réponses différent d’une interprétation à l’autre parce que cette perle continue de briller même lorsqu’on ne la voit plus.

Citation : La plus grande erreur que j’ai faite, était de croire que si je jetais un beau filet, je n’attraperais que des belles choses.

Mon coup de coeur 2017 ?

On se retrouve à la fin de l’année pour répondre à cette question… En attendant, j’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à partager vos impressions et vos séries préférées.

Bonne soirée à toutes et tous !

© crédit photo: megane lopez

Publicités

4 réflexions sur “La sériephilie, la nouvelle addiction du XXIe siècle

  1. Gaelle dit :

    Sense 8 est un gros coup de coeur pour moi également !!! Je suis tellement dans l’absolu respect de tout être vivant peu importe ses différences que voir cette série m’a fait tellement chaud au coeur !! Pour le coup l’ensemble (ou presque) de la richesse de l’humanité y est représentée !
    The OA n’est pas un coup de coeur, mais j’ai beaucoup apprécié ce visionnage qui m’a questionnée…. J’espére et j’attends la saison 2!

    Aimé par 1 personne

  2. Séverine dit :

    J’ai énormément de mal à me poser et à regarder des séries ou même des films ; je suis plutôt branchée lecture. Mais les descriptions que tu as faite de tes deux séries coups de cœur m’ont bien donné envie de me lancer dans leur « visionnage » !

    Ceci-dit, il existe quand même une série que je dévore et qui me tient en haleine du début à la fin de chaque épisode : The Blacklist !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s