À ta manette

Bien le bonsoir,

J’espère que vous allez bien en ce doux mois d’avril qui donne envie de s’endormir sous le soleil. Aujourd’hui, je souhaite vous parler des jeux vidéo parce que c’est un de mes nombreux loisirs. Depuis que je suis petite, j’aime beaucoup cette dimension virtuelle qui permet de s’insérer dans un contexte préexistant en occupant la place du personnage principal. Cette perspective donne à l’histoire encore plus de consistance. C’est un rapport bien différent des livres, films et séries télévisées. J’ai commencé l’aventure sur la Playstation avec le petit dragon violet, ce cher Spyro. Puis j’ai connu l’ancêtre inoubliable de Mario Kart sur la Nintendo 64. Enfin j’ai rencontré l’incroyable aventurière, exploratrice et héroïne, la célèbre Lara Croft !

Je ne suis pas une joueuse régulière, parfois ma console prend la poussière pendant six mois. Par contre lorsque je sors de ma phase léthargique, je peux rester devant mon écran, manette en main, à me rapper les doigts pendant deux semaines consécutives. Ainsi mon rythme est très périodique mais lorsque je commence, ma vie sociale en prend un sacré coup. Je ne compte pas les heures ni même les nuits blanches. C’est la preuve que je suis complètement aspirée par l’univers fictif de l’histoire et que le charme opère naturellement. De plus je trouve qu’il y a un énorme progrès effectué sur le réalisme des jeux vidéo. Dans certains, les décisions prises ont une influence sur la suite des événements, les relations entre les personnages et les fins potentielles.

J’ai effectué un petit classement en vue de partager mes différents coups de coeur. Cette fois-ci, impossible de réduire le nombre à trois seulement. C’est déjà difficile d’effectuer une sélection parmi tant de bonnes découvertes ces dernières années.

Catégorie franchise

8795957107361.558.jpg© crédit photo : tomb raider

Titre : Tomb Raider

Résumé : Les aventures sensationnelles d’une jeune britannique qui tente de découvrir la vérité sur le monde qui l’entoure. Archéologue, exploratrice et aventurière, Lara Croft suit les traces de son père et endosse tous les rôles au cours de ses voyages. Fascinée par les anciennes civilisations, elle n’hésite pas à piller les tombes pour dénicher des artefacts d’une valeur inestimable et découvrir le secret qu’elles cachent. Bien souvent, ces reliques perdues sont convoitées par des organisations malveillantes que l’héroïne doit affronter.

Critique :  J’entretiens une profonde affection pour Lara Croft depuis ma tendre enfance, c’est littéralement devenue mon héroïne préférée. Ainsi je suis scrupuleusement chacune de ses aventures, impatiente de la retrouver dès qu’un nouveau jeu s’apprête à sortir. Je suis particulièrement fan des derniers opus de la série proposée par Square Enix qui reprennent les bases de Tomb Raider. Cette remise à zéro se révèle être une très bonne initiative puisque l’histoire est retravaillée et le personnage retrouve une base lambda. Il devient plus réaliste. En effet, vulnérable il va devoir s’affirmer et s’endurcir au cours de ses périples s’il veut déjouer les dangers qui l’attendent. Sans perdre son humanité, Lara se transforme peu à peu sous nos yeux ébahis, en une véritable survivante. Son apparence connaît également quelques changements qui se prêtent davantage à l’univers. D’autant que les détails physiques sont très bien valorisés par le graphisme remarquable de la Playstation 4. De façon générale, je trouve les intrigues vraiment attrayantes, le surnaturel est toujours mis en avant. Tout comme j’apprécie particulièrement le gameplay intuitif et les interactions avec les autres protagonistes du jeu. Il me tarde de retrouver Croft en 2018 sur les écrans de cinéma !

Catégorie Aventure

horizon-zero-dawn-screen-09-ps4-eu-16jun15.jpg© crédit photo : playstation 

Titre : Horizon Zero Dawn

Résumé :  Dans un futur lointain, le monde est gouverné par des machines robotiques et les humains doivent survivre parmi ces créatures colossales. Une chasseresse et archère du nom d’Aloy va se mettre en quête de sa destinée. Bannie de sa tribu dès la naissance, élevée par un autre paria Rost, elle va tenter d’en comprendre les raisons. Sa curiosité et sa ténacité vont l’amener à percer le mystère qui plane sur l’histoire des ancêtres, que son peuple nomme les anciens.

Critique : Coup de coeur planétaire. Ni plus ni moins. Lorsque je débute la partie je ne m’attends pas du tout à rester 70 heures devant ma télévision. Je me lance naïvement sans me douter un seul instant de ce qui m’attend. D’abord un décor à couper le souffle, je reste bluffée devant la beauté du graphisme et les détails des paysages qui me donnent envie de m’arrêter toutes les trente secondes pour admirer le panorama. Il s’en dégage une atmosphère si profonde qu’elle me touche sincèrement. Ensuite une rencontre inoubliable avec un personnage incroyable, Aloy. Jeune fille captivante, surprenante et bienveillante, elle possède des valeurs très nobles qui lui sont inculquées par son mentor et père de substitution, le paria Rost. Sa perception du monde lui permet d’entretenir un équilibre avec la nature, respectant l’harmonie de la faune et de la flore. Téméraire, la chasseresse nous entraîne dans des quêtes plus dangereuses les unes que les autres. Enfin, une intrigue formidable qui évolue au rythme de ma progression personnelle puisque j’ai l’opportunité de pouvoir explorer les terres aux alentours et perfectionner mes compétences. En définitive, une aventure à la hauteur de mes espérances et bien plus encore puisque le gameplay est un pur régal.

Catégorie survie

7210732418_ef6ddda397_o.jpg© crédit photo : playstation 

Titre : The Last Of Us

Résumé : Dans un monde post-apocalyptique ravagé par les zombies, quelques zones de quarantaine tiennent encore le coup et permettent à Joel, un trafiquant de contre-bande, de pouvoir survivre. Son quotidien se retrouve chamboulé lorsqu’une amie lui demande de faire sortir quelque chose de la ville. Il s’avère que sa mission est en réalité de procéder à l’extraction d’une jeune adolescente, Ellie, qui semble très importante pour la milice anti-gouvernementale de Boston.

Critique :  Autant j’adore regarder les films et séries télévisées avec des zombies, autant je suis une vraie pouille mouillée lorsqu’il faut les affronter dans un jeu-vidéo. Néanmoins, sur le conseil d’une amie, je décide de prendre mon courage à deux mains pour découvrir cette histoire qu’elle me décrit comme incroyable. C’est mon tout premier jeu sur Playstation 4 alors je rencontre quelques difficultés avec le gameplay au début de la partie, c’est qu’il faut prendre le coup de main. Néanmoins, je mords à l’hameçon en un rien de temps. La relation entre Joel et Ellie assure d’emblée une belle évolution au cours de l’histoire et je ne suis pas déçue par les nombreux rebondissements de l’intrigue. Loin d’être de tout repos, The Last Of Us rend complètement paranoïaque. J’en perds mon sang froid ! Notamment lorsque je me retrouve coincée avec un colossal zombie, dans un sous-sol inondé, sans grande source de luminosité : la pire combinaison possible. Le contexte apocalyptique ainsi que le rythme du jeu induisent une tension omniprésente. Heureusement, certains moments sont plus calmes, je relâche la pression et respire un grand coup. J’affectionne une scène en particulier, totalement inattendue, qui me fait encore sourire aujourd’hui. Probablement la plus belle surprise de ce premier volet. En somme, je me languis de poursuivre l’aventure lorsque la suite sera enfin disponible !

Catégorie poésie

never-alone-kisima-ingitchuna-screenshot-05-ps4-us-20oct14.jpg© crédit photo : never alone

Titre : Never Alone

Résumé : Inspirée des contes du peuple autochtone d’Alaska, les Iñupiat, l’histoire raconte le périple du petite fille sous les aurores boréales. En effet, le village de Nuna est victime d’un blizzard qui ne cesse jamais. Elle part alors part en quête de son origine, désireuse de sauver les siens et rencontre sur sa route, un renard polaire. Ensemble, ils vont aller au-delà des dangers de leur expédition.

Critique : Une pure merveille, tout simplement. Dès les premières minutes, je me laisse emporter par la voix du maître-conteur qui s’exprime dans sa langue natale, l’Iñupiaq. Autant dire que l’immersion dans les contrées arctiques est imminente. Le récit se matérialise au travers de paysages sublimes, de musiques magnifiques et d’illustrations de toute beauté. Sans oublier de mentionner les personnages terriblement attachants et ô combien fascinants. Il faut un petit peu de pratique pour se familiariser avec le gameplay et réussir à passer naturellement de Nuna au renard polaire mais j’ai beaucoup aimé cette alternance entre l’un et l’autre. Au final, le temps passe si vite en leur compagnie que mon seul regret est de finir le jeu. Je souhaite retrouver les esprits bienveillants qui accompagnent la petite fille, revoir la beauté du ciel infini qui surplombe les terres glacées et surtout, m’immerger à nouveau dans cet univers enneigé. Parce que je ne réponds plus de rien lorsque j’aperçois un flocon neige, je ne peux vous décrire mon émerveillement en découvrant le décor incroyable de Never Alone. C’est à la fois simple et prodigieux. J’en garde un souvenir touchant et particulièrement inspirant comme une histoire qu’on se remémore le soir, avant de se plonger au pays des rêves.

J’espère que cet article vous aura plu, en tout cas j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire et partager mes jeux vidéo préférés. Peut-être les connaissez-vous déjà, sinon je vous conseille fortement de tenter l’aventure avec eux. Et surtout, n’hésitez pas à commenter. Sur ce, je vous souhaite une très bonne soirée.

© crédit photo: megane lopez

Publicités

4 réflexions sur “À ta manette

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s