Supports d’écriture

Lorsque j’ai reçu ce magnifique stylo plume en étain, je me suis immédiatement dit que c’était un signe parce que tôt ou tard, j’allais aborder ce sujet de discussion ! Alors autant le faire avec une entrée en matière aussi élégante, n’est-ce pas ? Je ne sais pas si certaines personnes gardent le même support toute leur vie comme les fidèles au papier ou les convertis du clavier mais ce n’est pas mon cas. Je suis passée d’une méthode à une autre,  changeant au fil des époques avec l’évolution technologique avant de revenir aux sources. Ainsi, après plusieurs années, je suis finalement parvenue à trouver un équilibre entre passé et présent. Ce n’est pas toujours facile, encore faut-il se rendre compte de ses changements devenus des habitudes bien ancrées.

Petite fille, j’écris uniquement sur des feuilles volantes en prenant soin de bien former mes lettres pour que le résultat soit aussi impeccable sur le fond que sur la forme. Légèrement maniaque sur les bords, je tiens à ce que ce soit beau ! A l’époque, l’utilisation des ordinateurs est assez rare (oh le coup de vieux) donc je garde précieusement mes écrits dans un classeur, histoire de ne pas les perdre. Je m’amuse parfois à illustrer mes poèmes avec des dessins ou les embellir avec une vaporisation de parfum comme les lettres d’amour. Puis vient l’ère du numérique, du virtuel, d’internet. Je commence doucement mais surement à me tourner vers la machine pour coucher mes écrits. Jusqu’à ne plus du tout utiliser le papier. Je m’en remets à mon splendide clavier pour voir les mots qui me viennent s’afficher sur l’écran. C’est à ce moment-là que débute ma belle romance avec Microsoft Word. Tout premier logiciel de traitement de textes que je découvre, autant vous dire que le coup de foudre est immédiat. Fidèle comme je suis, nous sommes restés ensemble pendant des années sans jamais envisager de nous séparer.

Je découvre l’existence d’Open Office lors des devoirs universitaires en groupe et… c’est le drame ! Je n’accroche pas du tout mais alors PAS-DU-TOUT ! Bien qu’il présente des similitudes avec mon premier amour, les habitudes ont la vie dure et je ne peux me résoudre à le reconnaître à sa juste valeur. Cette expérience renforce uniquement mon affection pour le seul et unique élu de mon coeur. Aussi, je continue tranquillement à m’épanouir en sa compagnie, au point d’oublier que le papier sert également à écrire. Comment j’en suis arrivée là ? Honnêtement, je ne sais pas trop mais la simple idée d’utiliser une feuille de papier pour narrer mes histoires me semble aberrante. Je suis tellement lente avec un stylo à la main comparé à ma vitesse électrisante au contact d’un clavier, il n’y a pas photo ! Puis, un jour, je reçois un petit carnet noir. Il n’y a absolument rien d’extraordinaire à son propos. Il est simple, sans aucune particularité ni même décoration. Pourtant, quand je regarde ses pages blanches, j’ai envie de les remplir. Alors je commence avec quelques mots puis je finis par l’imbiber de mes chapitres.

J’éprouve beaucoup de plaisir à retrouver le papier même si très vite, la correction devient problématique. A force de barrer, mon texte ne ressemble plus à grand-chose. En plus, avec tous les petits Astérix que j’inscris ici et là, difficile de s’y retrouver. Je décide finalement de reporter sur l’ordinateur les morceaux que je tiens à garder. Faut dire que la correction avec Word est beaucoup plus simple, le mot disparaît c’est fini ni vu ni connu. Petit à petit, je trouve un juste équilibre entre le papier et le clavier, alternant quand bon m’en semble pour palier aux défauts de l’un et profiter des avantages de l’autre. Quand mes yeux fatiguent le soir à force de regarder l’écran, je les repose avec mon petit calepin. Grâce à lui, je peux continuer d’avancer sans avoir les paupières aussi lourdes même si je mets plus de temps à écrire. Ainsi, de fil en aiguille, j’ai réussi à concilier ces deux supports et je suis revenue à mes premiers pas dans la cour de l’écriture tout en ayant intégré les progrès technologiques. J’ai l’impression d’avoir trouvé une forme d’harmonie.

Et vous alors, quelles sont vos prédilections ?
Vous avez également un sacré historique à partager ?

crédit photo : megane lopez.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s