Searching : portée disparue

Je voulais tellement voir ce film quand il est sorti dans les salles ! Puis finalement, une chose en entraînant une autre, j’ai loupé l’occasion de le visionner sur grand écran. Je n’y pensais plus depuis le temps qu’il est passé au cinéma… puis cette semaine j’ai aperçu le titre dans la liste proposée par mon décodeur. J’ai mis quelques secondes avant de me rappeler du synopsis et de cliquer comme une brute épaisse sur la télécommande pour lancer le thriller ! Je peux d’ores et déjà vous dire que je me suis régalée, du début à la fin. Même que le lendemain matin, je pensais encore au déroulement de l’histoire en me faisant des réflexions sur des passages précis, réfléchissant sur les indices laissés tout le long telle une traînée de miettes de pain façon le Petit Poucet.

4339524.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxcrédit photo : allociné.

Résumé : Alors que Margot, 16 ans, a disparu, l’enquête ouverte ne donne rien et malgré les heures décisives qui s’écoulent, l’inspectrice chargée de l’affaire n’a pas le moindre indice. Le père, David, décide alors de mener ses propres recherches, en commençant par là où personne n’a encore regardé : l’ordinateur de sa fille.

Critique : Franchement, énorme coup de coeur. Je vous le dis, ce film vaut vraiment le coup d’oeil ! A commencer par le format proposé qui dénote des présentations habituelles. En effet, cette fois-ci, nous suivons le personnage principal à travers les caméras qui peuplent son quotidien. Autant ça aurait pu tirer en longueur, manquer de matière, se focaliser sur des éléments secondaires, autant c’est une véritable réussite. Dès les premières minutes, nous découvrons les moments clefs de la famille Kim qui permettent de situer le contexte sans se perdre dans des détails superflus. C’est une mise en bouche savamment concoctée. Parce qu’au final, nous savons tous ce qui va se produire : Margot va disparaître. Et pourtant, malgré ce fait établi, nous sommes complètement dans l’ignorance.

Dès qu’elle appelle son père en pleine nuit, une fois, deux fois, trois fois, tout le monde se doute que c’est le moment de l’histoire, quand tout bascule et c’est le cas. Sauf que personne ne sait ce qui se passe vraiment et ce, jusqu’à la dernière minute ! Comme David Kim, nous avalons toutes les données qui se trouvent sur l’ordinateur portable de sa fille, établissons des théories à chaque nouvel découverte et désespérons de n’obtenir aucun résultat concluant sur sa disparition. Parce que même si nous suivons l’investigation minute après minute, nous sommes loin de nous douter du dénouement qui nous attend. Pourtant les indices ne manquent pas de pleuvoir mais encore faut-il être capables de les déceler et les interpréter. C’est ce qui rend ce film aussi intelligent, sa conception. La trame nous entraîne là où elle veut, sans éveiller nos soupçons.

Par conséquent, elle arrive brillamment à utiliser son format à son avantage de sorte que nous soyons tellement focalisé sur ce qui se passe sur les écrans des ordinateurs que nous ne prenions pas de recul par rapport à l’enquête. C’est ce que j’ai beaucoup aimé dans l’histoire, la façon dont il mette en avant l’expansion des réseaux sociaux et leur place conséquente dans nos vies. Il y a des moments très frappants du film pointant du doigt cette réalité. De la même façon, les dialogues -qui occupent une place importante de l’histoire- sont vraiment percutants. Je pense à certains passages qui sont à eux seuls, d’une violence inouïe. Notamment lorsque David découvre que sa fille n’a aucun ami. C’est l’histoire de quelques phrases qui pourraient passer inaperçues mais elles sont pertinentes jusque dans le choix de leurs mots qui produisent un effet brutal.

C’est pourquoi je trouve cette oeuvre aussi incroyable : parce que tout est astucieusement réfléchi et stratégiquement calculé. Ce qui m’amène au point le plus capital, parlons bien, parlons peu, parlons de la fin. Attention alerte spoiler. Alors honnêtement, je serai passée à côté de la photographie de la fille du Mémorial One s’il n’était pas resté dessus aussi longtemps. Je ne sais pas si c’est l’accumulation, à force de voir des visages passés sans arrêt mais j’ai mis un moment avant de faire le rapprochement avec le site de streaming et le pseudonyme. Le pire, c’est que je me suis dit, comment l’inspectrice a pu passer à côté de cela avant d’envisager un seul instant qu’elle soit impliquée ! Comme quoi, l’effet de surprise a terriblement bien fonctionné sur moi ! Et pour les petits curieux qui lisent ces lignes sans avoir vu le film, non je ne révélerai pas si Margot est morte ou vivante à la fin…

En bref, vous l’aurez deviné, j’ai adoré ce thriller !
Et ce, même s’il m’a retournée le cerveau.

crédit photo : allociné

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s