MON DUO D’OR

Je n’avais pas du tout prévu de poster cet article. A la base, le titre ne faisait mention que d’une série, plus précisément de la saison 2 de The OA. Puis manque de bol, une autre me tombe littéralement dessus, la saison 2 de Killing Eve. Commence alors une longue lutte pour savoir laquelle choisir, peser le pour et le contre. Et puis finalement, une question essentielle s’impose, pourquoi choisir ? Je n’ai vraiment pas envie d’en laisser une aux oubliettes ! Je débute finalement leur rédaction mais poster deux chroniques de la même catégorie à la suite ? Un peu redondant non ? J’ai trouvé la solution : une seule et unique chronique en compagnie de ce duo magique qui ravit mon petit coeur de sériephile.

La palpitante

4477744.jpg
crédit p
hoto : allociné

Titre : The OA

Saison : 2

Résumé : Lors de l’épisode final, nous abandonnions AO entre la vie et la mort, à défaut de pouvoir courir après son ambulance comme Steve à bout de souffle. Que s’est-il passé ensuite ? Qu’est-ce qu’il lui est arrivé ? Après cette longue d’attente, nous avons enfin la réponse à ces interrogations…

Critique : Cette série, c’est mon coup de coeur 2016. J’ai tellement aimé la saison 1 qu’il me tardait de découvrir la suite. Et quelle suite ! Je me suis sentie tellement larguée lors du premier épisode qu’il est difficile de le dire autrement. Je n’arrêtais pas de me poser un milliard de questions et le pire, c’est que cette impression a perduré. J’ai eu l’impression constante de louper quelque chose, de manquer un truc important du début à la fin, un détail anodin pour comprendre ce qu’il se passait. Sauf que c’est tout le but de l’intrigue, nous livrer des pièces du puzzle par ci par là sans pouvoir les assembler. Il fallait avoir une vue d’ensemble comme l’indiquait le titre du dernier épisode !

C’est ce qui rend l’histoire aussi prodigieuse à mon sens : tous les événements semblent séparés mais en réalité ils sont diamétralement liés. Et ce travail de réflexion permet de maintenir l’attention du téléspectateur sans lui livrer le secret du tour de magie. Ainsi, pour moi, la saison 2 est aussi captivante que la saison 1. Le petit plus ? Le plaisir de rencontrer de nouveaux personnages, comme Fola et Karim, et de retrouver tous les connus, à savoir les compagnons de cellule mais également les petits de la tribu. Je me suis demandée quand nous allions revoir ces derniers et surtout, comment ils faisaient face à la disparition brutale de Prairie qui représentait quand même leur lien central.

Parlons-en de Prairie dans la peau de Nina. Quel régal de découvrir notre orpheline propulsée dans cette vie, sa vie, si les choses s’étaient déroulées autrement. Un simple évènement peut bouleverser une existence entière et chambouler les dés du destin alors qu’une simple rencontre peut devenir un lien cosmique et créer un écho comme expliquée par la voyageuse inter-dimensionnel. J’ai notamment adoré l’aperçu de cette nouvelle dimension. Forcément, quand mon esprit se retrouve en présence d’un atelier clandestin qui étudie les rêves, ça me fait irrémédiablement penser à mon livre Comme un battement de coeur. C’est drôle parce qu’il est sorti la même année que la saison 1 et la suite sort (normalement) la même année que la saison 2.  Un signe peut-être ?

Citation : Elle est là, qui frappe à la porte de vos rêves.

L’envoûtante

2854272.jpgcrédit photo: allociné

Titre : Killing Eve

Saison : 1 & 2

Résumé : Eve Polastri est une brillante agent du MI5 chargée d’enquêter sur une série de meurtres non élucidés. Oksana Astankova, plus connue sous le nom de Villanelle, est une brillante tueuse aux services d’une mystérieuse organisation. Lorsque leur chemin finit par se croiser, leur vie s’en retrouve complètement chamboulée.

Critique : Je regarde de nombreuses séries qui ne sont pas mentionnées sur le blog mais celle-ci devait définitivement se retrouver ici. Je n’ai pas fait de chronique après avoir visionné la saison 1 pourtant ce n’est pas faute d’avoir eu un coup de cœur. Alors il est temps de rectifier mon erreur et de vous faire découvrir – si vous ne connaissez pas déjà- cette denrée rare. Pourquoi ? Parce qu’elle est tout simplement géniale ! J’ai à peine commencé à regarder la saison 2 mais cette dernière promet d’ores et déjà des situations complètement loufoques. C’est sans aucun doute l’une des raisons qui font de Killing Eve une des meilleures séries de notre époque : cette dose d’humour ultra travaillée pour être parfaitement incorporée à l’univers sombre et sanglant de l’histoire.

Une histoire portée par des femmes car les hommes sont clairement relégués au second plan. Je salue les performances respectives des actrices, Sandra Oh et Jodie Comer, qui incarnent à merveille les protagonistes principales de ce thriller. Je connais l’une comme l’autre de précédentes oeuvres télévisées mais wow, c’est la première fois qu’elles sont aussi bluffantes. Chacune explore les différentes facettes de son caractère avec une telle intensité, même si cela demeure plus flagrant pour le personnage de Villanelle. Il faut dire qu’elle est très difficile à cerner parce que son esprit tordu fonctionne d’une façon tout à fait unique. Ce qui la rend encore plus fascinante selon moi. J’ai hâte de suivre son évolution dans la saison 2 car elle est, comme précisée par Comer, « vraiment au bas de la chaîne alimentaire. »

De la même façon, il me tarde de voir comment cette relation étrange, ambiguë et compliquée entre les deux va progressivement fluctuer. J’ai écouté une interview de Sandra Oh qui disait qu’elles ne sont plus dans un jeu du chat et de la souris mais du chat et du chat. C’est complètement vrai. Dès l’instant où son personnage a poignardé celui de Jodie, elles ont basculé dans une dynamique complètement différente. L’obsession demeure présente mais à un niveau bien supérieur, bien distinct. Peut-être que le côté psychologie va être accentuée, je l’ignore, je n’ai pas encore vu tous les épisodes. C’est la première fois que je m’apprête à poster un article sur une série sans avoir visionné l’intégralité de la saison mais il faut bien une première !

Citation : Vous ne devriez jamais dire à un psychopathe qu’il est psychopathe. Ça le dérange.

crédit photo : allociné

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s